Pour une meilleure santé de la femme et de l’enfant

Contexte

La promotion de la santé de la mère et du nouveau-né est l’une des principales priorités du plan stratégique de la santé 2025 du Ministère de la Santé. Cette orientation stratégique matérialise l’engagement du Ministère de la Santé envers la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.
Les efforts déployés jusqu’à présent ont abouti à une amélioration notable des indicateurs d’impact sur la santé maternelle et néonatale: en 2018 le ratio de mortalité maternelle a atteint 72.6 pour 100 000 naissances vivantes et le taux de mortalité néonatale est estimé à 13 pour 1000 naissances vivantes (ENPSF 2018).
Ces décès, comme dans tous les pays africains sont liés en partie aux mauvaises conditions de déroulement de la grossesse et de l’accouchement. Ils sont générés par des défaillances en matière de gestion des soins et des services de prise en charge de la mère et du nouveau-né et par des déficits en personnel compétent capable d’intervenir efficacement et à temps en situation d’urgence auprès des femmes et leurs nouveau-nés, particulièrement dans les milieux ruraux et dans les régions enclavées. En effet, la majorité des décès maternels et néonataux enregistrés pourront être évités si les soins et services de prise en charge de la mère et du nouveau-né sont bien organisés et si la mère se sent sécurisée par la présence d’un professionnel de santé compétent sachant poser le gestes qu’il faut au bon moment et orientant à temps les parturientes vers les niveaux appropriés de prise en charge. Ceci cependant ne pourra être optimal qu’en présence d’un plateau technique performant et des conditions de travail appropriées avec une équipe qualifiée.
À cet effet, cet atelier impliquant les pays africains francophones s’inscrit dans l’optique de partager les expériences réussies, les difficultés vécues et de voir comment assurer une bonne organisation et une bonne coordination des interventions mises en place pour réduire la mortalité et la morbidité maternelles et néonatales.
Aussi l’organisation de cet atelier sera une opportunité de plus pour mettre en exergue le leadership du Maroc dans le renforcement des capacités des responsables des pays africains francophones concernant les stratégies innovantes afin de rehausser les performances des prestataires et des gestionnaires et contribuer à la réduction de la mortalité et la morbidité maternelles et infantiles dans ces pays.

But

Développer les compétences, les habiletés et les aptitudes des parties prenantes impliquées dans les programmes de la santé maternelle et infantile.

Objectifs spécifiques

Au terme de la formation, les participants à l’atelier seront capables:

  • D’analyser et d’utiliser les outils managériaux nécessaires pour concevoir, mettre en œuvre, évaluer et améliorer les politiques et stratégies de lutte contre la mortalité et la morbidité maternelles et infantiles dans leurs pays,
  • Mener les stratégies efficaces de leadership et de gestion de programmes pour mettre en œuvre les interventions afin de permettre de réduire avec succès la mortalité et la morbidité maternelles et infantiles d’ici 2030.

Modalités de dispensation du cours

Quand: Du 18 au 23 novembre 2018
Une attestation de participation sera délivrée aux participants au terme de leur formation.

Public cible

Aux professionnels avec plus de 5 ans d’expérience, travaillant en santé de la reproduction, maternelle, néonatale et infantile (SRMNI), dans des pays à faible et moyen revenu avec un lourd fardeau de mortalité et morbidité maternelle et néonatale. (Gestionnaires de programmes, décideurs publics, responsables des programmes dans les ONG ou les agences des Nations Unies, personnel des institutions académiques ou de recherche avec un focus dans la santé maternelle et néonatale).

Pays participants

Les candidats de cet atelier sont 35 participants de 17 pays africains francophones : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Guinée équatoriale, Mali, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo, et la Tunisie.

Les partenaires

Ce cours est organisé par l’École Nationale de Santé publique (ENSP) en partenariat avec :
– Groupe de Travail sur la Santé Maternelle (MHTF) de l’École de Santé Publique de Harvard school,
– Institut de Santé Globale de Barcelone (ISGlobal)
– Université d’Aga Khan (AKU).